France 3 – Midi-Pyrénées – JT 19-20 – Expulsion du centre des congrès inoccupé depuis 10 ans

Suite à la fermeture des gymnases utilisées lors du plan « Grand Froid », des dizaines de personnes qui avaient trouvé refuge dans l’ancien centre des congrès et qui étaient soutenues par le collectif Urgence un toit (DAL, Enfants de Don Quichotte, GPS, CREA) ont été expulsées violemment par la police nationale sur ordre de la préfecture.

Lire la suite

[Toulouse] La préfecture veut expulser le CREA

La ville appartient au peuple !

Nous ne partirons pas et nous continuerons à réquisitionner !

Lire la suite

[Angers] Plan Hivernal …

Le lundi 30 janvier 2012, dans un article publié par France3, on peut lire :

  • « Dans les 5 départements de la région, les préfets ont activé la procédure grand froid »
  • « Jusqu’à -8°réels, […] avec un peu de vent les températures ressenties seront bien inférieures »
  • « Une période très difficile pour les sans-abris »
  • « En Maine-et-Loire, le Préfet a décidé d’activer le niveau 2, temps grand froid, du plan hivernal à compter du lundi 30 janvier »
  • « Le préfet de Maine-et-Loire appelle la population à faire preuve de grande vigilance dans la détection des personnes sans abri pouvant se trouver en danger. Il sait compter sur l’ esprit de solidarité de chacun pour donner l’alerte au 115 »
  • « Niveau 2 : « grand froid » […] Ouverture du Point Accueil Santé Solidarité (PASS) également le week-end »
  • « Niveau 3 : « froid extrême ». Ce niveau correspond à des températures exceptionnellement basses ; cette situation prévoit l’identification de sites potentiels pouvant accueillir un grand nombre de personnes et relève de plans d’urgence et de sécurité civile »

Le mercredi 1er février, encore en attente, le permis de démolition visant le bâtiment du Refuge, situé au 14 rue Audusson, est signé par Jean-Luc ROTUREAU, adjoint au maire d’Angers délégué depuis 2008 à l’urbanisme, au droit des sols et au logement.

Lire la suite

Lundi 6 Février 2012 : Expulsion du Refuge… ?

À l’heure du plan Grand Froid, des hébergements d’urgence surchargés et que des sans-abri dorment déjà dans la rue par dizaines… le préfet expulserait-il un bâtiment prévu pour la destruction ?

Tandis que les responsables politiques et les divers échelons de l’État semblaient s’activer, nous aménagions le 14 rue Audusson, notre Refuge.

Nous ne coûtons rien aux collectivités, nous tentons jour après jour de progresser et, en plus de ça, nous ne vivons pas cachés.

Cependant, aucune de ces personnes n’a dénié nous rendre visite. Seuls des subalternes du préfet sont venus à notre rencontre, mais pas n’importe lesquels : police nationale et renseignements généraux… Il n’y a eu aucune proposition de relogement jusqu’à ce jour.

À l’heure de la passation de pouvoir municipal, monsieur le maire d’Angers, Frédéric BÉATSE, demande à être « jugé sur des actes »… qu’il en pose.

Lire la suite

[Angers] Ainsi Squattent-ils


Le lundi 14 novembre, dans la soirée, suite à l’interdiction faite par la police nationale aux demandeurs d’asile de dormir à la gare Saint Laud, l’association Droit Au Logement (DAL49) réquisitionne, dans l’urgence, l’ancienne école désaffectée de Notre Dame de l’Esvière.

Lire la suite

[Toulouse] Centre Social Autogéré, par le CREA

Pièce jointe : Centre Social Autogéré (CSA) – Projet social

L’avenir est entre nos mains…

Face à l’extension continue de la misère économique, sociale et politique et au désengagement des États, les peuples découvrent qu’ils doivent se débrouiller par eux-mêmes et se donner la main.

Les centres sociaux autogérés émergent comme une nécessité : nous avons besoin de lieux libres et gratuits pour nous loger, nous organiser, inventer des modes de vie égalitaires et poser les bases d’une émancipation collective.

D’autre part, dans les pays dominants, la spéculation et la privatisation laissent vides et inutilisés de plus en plus de bâtiments. Nous, le Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion (CREA), avons réquisitionné un immeuble appartenant au ministère de la cohésion et des solidarités (sic !), abandonné depuis 2 ans et situé 70, allée des Demoiselles à Toulouse.

Avec l’aide des habitants du quartier, de travailleurs sociaux en lutte, de militants et de passants, nous l’avons réaménagé pour qu’il puisse accueillir des familles à la rue, les membres du collectif et toutes sortes d’activités libres et gratuites en direction du quartier et de la ville.

Nous y vivons désormais à près d’une quarantaine, de tous les âges et toutes les régions du monde. Nous accueillons une dizaine d’associations, d’ateliers et de collectifs, sans rien coûter à personne car nous ne demandons aucune subvention.

Nous y inventons, ensemble, un petit bout d’une autre société, basée sur la mise en commun, le partage, l’entraide et la solidarité.

Lire la suite