France 3 – Midi-Pyrénées – JT 19-20 – Expulsion du centre des congrès inoccupé depuis 10 ans

Suite à la fermeture des gymnases utilisées lors du plan « Grand Froid », des dizaines de personnes qui avaient trouvé refuge dans l’ancien centre des congrès et qui étaient soutenues par le collectif Urgence un toit (DAL, Enfants de Don Quichotte, GPS, CREA) ont été expulsées violemment par la police nationale sur ordre de la préfecture.

Lire la suite

[Toulouse] La préfecture veut expulser le CREA

La ville appartient au peuple !

Nous ne partirons pas et nous continuerons à réquisitionner !

Lire la suite

[Toulouse] Centre Social Autogéré, par le CREA

Pièce jointe : Centre Social Autogéré (CSA) – Projet social

L’avenir est entre nos mains…

Face à l’extension continue de la misère économique, sociale et politique et au désengagement des États, les peuples découvrent qu’ils doivent se débrouiller par eux-mêmes et se donner la main.

Les centres sociaux autogérés émergent comme une nécessité : nous avons besoin de lieux libres et gratuits pour nous loger, nous organiser, inventer des modes de vie égalitaires et poser les bases d’une émancipation collective.

D’autre part, dans les pays dominants, la spéculation et la privatisation laissent vides et inutilisés de plus en plus de bâtiments. Nous, le Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion (CREA), avons réquisitionné un immeuble appartenant au ministère de la cohésion et des solidarités (sic !), abandonné depuis 2 ans et situé 70, allée des Demoiselles à Toulouse.

Avec l’aide des habitants du quartier, de travailleurs sociaux en lutte, de militants et de passants, nous l’avons réaménagé pour qu’il puisse accueillir des familles à la rue, les membres du collectif et toutes sortes d’activités libres et gratuites en direction du quartier et de la ville.

Nous y vivons désormais à près d’une quarantaine, de tous les âges et toutes les régions du monde. Nous accueillons une dizaine d’associations, d’ateliers et de collectifs, sans rien coûter à personne car nous ne demandons aucune subvention.

Nous y inventons, ensemble, un petit bout d’une autre société, basée sur la mise en commun, le partage, l’entraide et la solidarité.

Lire la suite